Didon et Enée : versions comparées

Publié le par F de l'O

12-inches.png

 

 

Comme à mon habitude, je vais profiter de la découverte de cette nouvelle oeuvre pour vous présenter mes enregistrements de référence, et vous apporter mes remarques sur celles-ci.

 

Didon et Enée est une oeuvre qui a fait l'objet de nombreuses interprétations, et d'une grande variété dans celles-ci. La raison principale est que, encore aujourd'hui, des doutes persistent sur la volonté de Purcell lors de la création de l'opéra. Si des traces de la représentation dans la Boarding School of Girls en 1689 sont bien réelles, nombre de musicologues s'accordent pour considérer qu'il ne s'agît là que d'une reprise. Selon eux, la première aurait pu avoir lieu devant le roi plusieurs années auparavant (on parle de 1683). Quelle différence ? Et bien si l'on considère Didon et Enée comme une oeuvre destinée à une école de filles, on peut se contenter d'un effectif restreint et de rôles majoritairement féminins. Cependant, si on ouvre l'option d'une représentation par des professionnels dès la création, alors la donne est tout autre ! Les premières représentations professionnelles documentées datent de 1700 environ, et donnent la part belle aux voix d'hommes (pour les sorcières par exemple) et à un orchestre plus étoffé, comme il était de tradition d'agir à l'époque.

 

Cette interrogation a permis d'obtenir une palette d'enregistrements très riche et, naturellement, sujette à de nombreuses discussion. Pour ma part, je me cantonnerai aux gravures suivantes :

 

  • Susan Graham (Didon), European Voices (choeur), Le Concert d'Astrée (orchestre), Emmanuelle Haïm (direction), Virgin Classics, 2003
  • Della Jones (Didon), St James's Singers (choeur), St James's Baroque Players (orchestre), Ivor Bolton (direction), Teldec, 1989
  • Catherine Bott (Didon), Choeur et Orchestre Academy of Ancient Music, Christopher Hogwood (direction), Decca, 1992
  • Kirsten Flagstad (Didon), The Mermaid Singers (choeur), The Mermaid Orchestra (orchestre), Geraint Jones (direction), EMI, 1952
  • Lynne Dawson (Didon), Clare College Chapel Choir (choeur), Orchestra of the Age of Enlightenment (orchestre), René Jacobs (direction), Harmonia Mundi, 2001

Et peut être une version supplémentaire que je dois acquérir d'ici la fin de l'été, je vous la présenterai quand elle arrivera.

Publié dans Discographie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article